Histoire de l’avenir

Le 24 octobre 1995, le FNC adopta unanimement une résolution définissant le terme Internet. Cette définition fut élaborée en consultation avec les membres de l’internet et les communautés des droits de propriété intellectuelle. RÉSOLUTION : Le Federal Networking Council (FNC) accepte que les termes suivants reflètent notre définition du mot « Internet ». « Internet » désigne le système d’information mondial qui : (i) est relié logiquement par un espace d’adressage unique au monde basé sur le protocole Internet (IP) ou ses extensions/suivis ultérieurs ; (ii) est capable de soutenir les communications utilisant la suite de protocoles Transmission Control Protocol/Internet Protocol (TCP/IP) ou ses extensions/suivis ultérieurs, et/ou d’autres protocoles compatibles IP ; et (iii) fournit, utilise ou rend accessible, publiquement ou en privé, des services de haut niveau basés sur les communications et l’infrastructure connexe décrites dans la présente résolution.
L’Internet a beaucoup changé au cours des deux décennies qui ont suivi sa naissance. Il fut créé à l’époque du temps partagé, mais a survécu jusque dans l’ère des ordinateurs personnels, de l’informatique client-serveur et poste-à-poste, et de l’ordinateur de réseau. Il a été conçu avant l’apparition des réseaux locaux, mais a accueilli cette nouvelle technologie de réseau, ainsi que le mode ATM et les services à commutation de trames. Il était destiné à soutenir une gamme de fonctions couvrant le partage de fichiers et la connexion à distance, mais également le partage des ressources et la collaboration, et a engendré le courrier électronique et, plus récemment, le World Wide Web. Mais plus important encore, il fut créé par un petit groupe de chercheurs dévoués, et se développa à tel point qu’il devint un succès commercial avec des milliards de dollars d’investissement annuel.
Il ne faut pas croire que l’Internet ne changera plus. L’Internet, bien qu’il s’agisse d’un réseau en termes de nom et de géographie, est une créature issue de l’ordinateur, et non pas du réseau traditionnel de l’industrie du téléphone ou de la télévision. Il continuera donc à changer et à évoluer à la vitesse de l’industrie informatique s’il doit demeurer pertinent. Il est en train de changer pour fournir de nouveaux services tels que le transport en temps réel, afin de soutenir, par exemple, les flux audio et vidéo.
La disponibilité de réseaux omniprésents (c’est-à-dire Internet) alliés à un système informatique puissant et abordable et des communications au format portable (ordinateurs portables, téléavertisseurs bidirectionnels, PDA, téléphones cellulaires), permet la création d’un nouveau paradigme de l’informatique et des communications nomades. Cette évolution nous apportera de nouvelles applications – téléphonie sur Internet et, d’ici peu, la télévision par Internet. Il évolue pour permettre des formes plus sophistiquées de tarification et de recouvrement des coûts, une exigence peut-être pénible dans ce monde commercial. Il se transforme pour accueillir une autre génération de technologies de réseau sous-jacent avec des caractéristiques et des exigences différentes, par exemple l’accès à large bande résidentiel et les satellites. De nouveaux modes d’accès et de nouvelles formes de service engendreront de nouvelles applications, qui à leur tour entraîneront l’évolution du réseau même.
La question la plus pressante pour l’avenir d’Internet n’est pas comment la technologie va changer, mais comment le processus de changement et d’évolution lui-même sera géré. Comme le décrit cet article, l’architecture d’Internet a toujours été stimulée par un noyau de concepteurs, mais ce groupe a changé de forme au fur et à mesure de la croissance du nombre de parties prenantes. Le succès d’Internet a apporté une prolifération de parties prenantes, qui ont investi sur le plan économique ainsi qu’intellectuel dans le réseau.
Nous voyons désormais, dans les débats sur le contrôle de l’espace des noms de domaine et la forme des adresses IP de nouvelle génération, des difficultés pour trouver la prochaine structure sociale qui guidera Internet à l’avenir. La forme de cette structure sera plus difficile à trouver, étant donné le grand nombre de parties prenantes concernées. D’autre part, le secteur s’efforce de trouver la bonne logique économique pour les vastes investissements nécessaires à la croissance future, par exemple pour la mise à niveau de l’accès résidentiel à une technologie plus adaptée. Si Internet trébuche, ce ne sera pas parce que nous manquerons de technologie, de vision ou de motivation. C’est parce que nous ne serons éventuellement pas capables de définir une direction commune et de marcher collectivement vers le futur.

 

octobre 24th, 2016 by | Posted in |

Comments are closed.